Par: Jacqueline Pelletier

Voici un autre savoureux texte de Jacqueline :

Rendons-nous à l’évidence – la pandémie n’est pas à la veille de nous ouvrir les portes, en tout cas, pas les portes vers les pique-niques familiaux, les p’tits déjeuners au resto avec les amis du club, pas vers les soirées de bridge avec les couventines des années ’60…même pas le groupe d’artisanat du samedi matin! Oublions tout ça pour un bon bout de temps encore.

Alors on fait quoi au juste? Pilules? Une p’tite « puff »? Deux martinis? Peut-être, mais demain matin, on risque de se cogner la tête contre la porte, toujours fermée! On a beau costumer sa déprime pour chaque jour de la semaine, le moins possible en mou, on a beau taquiner l’arc-en-ciel d’occupations valorisantes, il n’empêche qu’en moi en tous cas, un hamster a élu résidence permanente et me tient en tourbillons de pensées inutiles à la nuit longue.

En désespoir de cause, j’ai décidé de mettre la petite bête au travail le jour pour que nous puissions dormir tous les deux la nuit. Première tâche : comment réinventer notre utilisation du temps plutôt que de « tuer le temps ». En s’y mettant à deux, il nous a fallu peu d’effort pour dénicher une pléiade de ressources de renouvellement et de créativité inspirantes

Nous avons tout d’abord découvert le texte « Late-Stage Pandemic Is Messing With Your Brain » de la rédactrice en charge des projets spéciaux, Ellen Cushing, dans The Atlantic du 8 mars, 2021 (1). Tout un point de départ, qui confirme l’expérience que la plupart des gens de mon entourage vivent comme moi : à la longue, la pandémie nous brouille les idées! Pensez au nombre de fois où vous arrêtez en pleine phrase, incapable d’articuler la suite. Pensez aux gestes que vous posiez sans même y penser – insérer sa carte dans le lecteur de l’épicerie, composer un code, ranger un vase – qui demandent maintenant quelques secondes de réflexion. Et le nom de votre meilleure amie? Ça viendra! Cushing nomme cela « le brouillard de la pandémie prolongée » et explique qu’il s’agit peut-être d’une adaptation tout à fait normale, alors que nos cerveaux rangent les vieux gestes au grenier pour faire place aux nouveautés : laver les mains, porter le masque, deux mètres. Nous sommes en mode survie! Oui, par moments, je crains la démence, vous aussi peut-être. Mais voici que Cushing nous offre une explication : nous ne sommes pas des zombies, nous nous adaptons! Eh bien, en voilà un drôle de réconfort!

Pour maintenir sa santé mentale, l’Organisation mondiale de la Santé offre de judicieux conseils du genre :  consommer des repas sains à des heures régulières, minimiser les flux d’informations et conserver son temps consacré aux écrans aux trouvailles apaisantes et aux rencontres avec la famille et les amis. Et bien sûr, marcher, marcher, marcher! (1)

Dans mon cas, cela se traduit par : souper plus tôt et savourer une p’tite sucrerie avec la troupe du District 31. Je cache les croustilles au fond du sous-sol – au moins, il me faut 100 pas pour les récupérer! Et je me mets belle deux fois par semaine pour marcher avec mes ami.es.  Ceci dit, je privilégie les cimetières – il sont beaux et calme et les pierres tombales me poussent à entreprendre des recherches : année de décès du célèbre untel, curé détestable mais généreux, fondatrice de la ville…il ne faut que ça pour ensuite éplucher sites web et publications patrimoniales pour en savoir plus! Oui oui, le cerveau a besoin d’être nourri!

Hamster et moi avons aussi découvert la Trousse d’activités pour les aînés du North Simcoe Muskoka Specialized Geriatric Services, document de 48 pages bien étoffé et disponible en français. 48 pages de suggestions allant de l’artisanat à la construction de mangeoires d’oiseau en passant par les activités spirituelles et les jeux de société! (2) Les choix de Hamster : pinceaux ou céramique, danse, tri des photos des 15 derniers voyages (ce choix là est le mien), jardin de fines herbes, visites virtuelles de musées…siestes… écrire son histoire …et bien sûr, Facetime avec les enfants! Et pour coiffer la journée: petite gâterie pré-dodo pour le chien, le serin ou le chat, excuses tendres à l’être cher pour les impatiences trop nombreuses de la journée, tisane-en-baignoire entourée de bougies, fenêtres grandes ouvertes et bonne nuit!

Ahha! Vous pensez que j’ignore les nombreuses offres de Retraite en action! Comment ignorer l’offre abondante d’activités virtuelles pour tous les goûts de REA, auxquelles il est si facile de participer! Et la FARFO? Revue Vivre+, Canal Vivre+, Connect Vivre+, ateliers, concerts, occasions de bénévolat – de quoi se coucher encore plus tôt afin de profiter des possibilités stimulantes du lendemain!

Demain sera un autre jour, semblable aux 400 précédents, mais en s’ouvrant aux possibilités, nous n’aurons plus l’impression de perdre la boule. Bien au contraire, nous demeurerons les fiers et solides franco-ontariennes et franco-ontariens allumés, adaptés, toujours porteurs des rêves et de projets à poursuivre, des luttes à mener et des plaisirs à multiplier! Alors on jardine? On taquine le pinceau? On sort les albums de photos?

Hamster? Eh bien lui, il ronfle à mes côtés.

 

Jacqueline Pelletier

Membre de REA et membre du CA de la Coopérative funéraire d’Ottawa

Paru ausi dans la revue Vivre+ de la FARFO

Avril, 2021

Notes :

  • The atlantic.com, Ellen Cushing, Late-Stage Pandemic Is Messing With Your Brain.
  • Consulter le site de l’organisation mondiale de la Santé, document |En bonne santé à la maison) – Santé mentale. Site  https://www.who.int/covid-19/santé_mentale
  • Site du North Simcoe Muskoka Specialized Geriatric Services Site nsmgsg.ca Dans la case “I’m looking for…” taper: Activity guide for seniors during pandemic”. Vous y trouverez la version françoise de la trousse
  • FARFO.ca

 

https://www.retraiteenaction.ca/le-magazine/wp-content/uploads/sites/7/2021/03/REA-Jacqueline-Pelletier.jpghttps://www.retraiteenaction.ca/le-magazine/wp-content/uploads/sites/7/2021/03/REA-Jacqueline-Pelletier-300x300.jpgDanielle Carrière-Parisconfinement Coronavirus COVID-19
Par: Jacqueline Pelletier Voici un autre savoureux texte de Jacqueline : Rendons-nous à l’évidence – la pandémie n’est pas à la veille de nous ouvrir les portes, en tout cas, pas les portes vers les pique-niques familiaux, les p’tits déjeuners au resto avec les amis du club, pas vers les...